vendredi 20 novembre 2009

Si c'est Obama, je ne suis pas là!

Ca fait partie des grandes questions politiques du moment. Après « où étiez-vous le 9 novembre 1989? », voici « qui Obama doit-il appeler s'il veut joindre l'Union europénne? ». Voilà un truc qui risque de prendre encore beaucoup de temps avant de se décider. Je trouve que dans chaque foyer, on devrait se poser la question. C'est vrai, si un jour Obama appelle chez vous, qui va décrocher? Vous y avez déjà songé? Cela ne s'improvise pas une conversation avec Obama. Ce type n'a pas beaucoup de temps pour les formules de politesse. Quelle question! Et puis est-ce qu'Obama a vraiment envie de « joindre l'Union europénne? » Les Etats-Unis ne sont pas candidats à l'adhésion que je sache! Cela dit, si c'est si urgent que cela, il y a au moins un numéro unique au niveau européen: le 112. C'est déjà pas mal. Je parie que ça n'existe même pas aux Etats-Unis. En fait, il faudrait faire un système équivalent pour les nouvelles figures importantes de l'Union: un seul numéro. Selon la question, un répondeur automatique redirigera l'appel vers la bonne personne. Le problème c'est que la communication risque de coûter cher: « ...pour continuer en Roumain, tapez 18, etc. »

 

2 commentaires :

  1. Il n'aura qu'à appeler les renseignements comme tout le monde! Pas de passe droit!

    RépondreSupprimer