dimanche 22 novembre 2009

Le journalisme pour les nuls

Suite à la fausse annonce du décès de Fabiola et le lancement d'une plateforme où chacun peut devenir "reporter", il est utile de rappeler les règles de base du journalisme. Premièrement: la rapidité. Dès que vous avez une info, même si vous êtes faible en orthographe, même si vous n'êtes pas sûr, publiez-la! La vitesse de réaction est cruciale dans la presse en ligne. Ne vous inquiétez pas, si votre information est fausse, elle sera vite corrigée par la communauté. Deuxièmement: la nouveauté. Votre information doit être originale et unique (ce qu'on appelle un «scoop »). Il faut donc disposer d'une bonne dose de créativité! Si vous êtes pris par le syndrome de la page blanche, il existe sur le web des générateurs de news gratuits faciles à utiliser. Ensuite, privilégiez les actualités locales, qui connaissent un succès croissant. Observez ce qui se passe près de chez vous: une bagarre? un type louche? une poubelle sortie trop tôt? Ne sous-estimez jamais la curiosité de vos lecteurs! Et n'hésitez pas à dénoncer! Dernier point: la modestie. Le bon journaliste en ligne doit accepter qu'il ne sera jamais célèbre, et ne signe donc pas ses articles.

6 commentaires :

  1. Alors comme d'habitude sur Internet, le ton manque et il est laissé au lecteur le soin de détecter l'ironie, mais si c'en est, alors j'ai grandement apprécié cette note!

    RépondreSupprimer
  2. Il faut lire les autres 13lignes pour comprendre le ton:)

    RépondreSupprimer
  3. Attendu qu'un QI de 60 est suffisant pour accéder à la lecture, qu'il en faut un chouya de plus pour utiliser son pc et trouver ce blog, on peut estimer à 0,008% de chances de ne pas déceler l'ironie et à 0,07% l'occurence du doute à ce sujet.
    Les exceptions comme toujours, confirment la règle!
    sources: IRAC (institut de recherche sul l'apparition de la connerie)
    Bon Sens 2009, cooperative neuronale indépendante du cerveau humain.

    RépondreSupprimer
  4. Bof, la plus part des points soulignés ont des occurrences tout à fait réelles dans le monde du journalisme, et quand on fait partie du dit monde, un tel texte n'est pas forcément ironique. Mais si ça peut permettre à certains de se sentir à l'aise sur leurs grand chevaux, tant mieux hein.

    RépondreSupprimer
  5. je ne vois que deux mots: hihihihihi pffffrrrrr!

    RépondreSupprimer
  6. Le ton est génial ! Ce qui est plus dramatique c'est que les "vrais" journalistes, rattrapés par le phénomène blog et Internet, font tout et n'importe quoi. Il ne fallait pas être devin pour se rendre compte que le système Belga allait générer des dérapages. L'affaire Fabiola en est une preuve par l'absurde...
    Dans ce monde où la vitesse de réaction est le maître mot, le recoupement de l'info n'existe plus...

    RépondreSupprimer