vendredi 13 novembre 2009

Ca arrive près de chez vous

Ames sensibles, s’abstenir. Une histoire vraie. Ce midi, je sors déjeuner avec des amis, un hamburger géant dans une petite taverne bien cotée par les employés du quartier. Les frites sont servies à part, dans un récipient vertical en porcelaine blanche. Arrivé à la 17ème frite, je m’aperçois que la suite baigne en réalité dans deux centimètres de liquide brunâtre (je vous avais prévenu). J’appelle immédiatement la serveuse. Après une brève enquête, elle revient vers moi souriante avec une autre portion de frites : « On sait ce que c’était ! La cuisinière boit du thé. Elle s’est trompée. C’était sa tasse ! ». Je ris jaune et refuse la nouvelle portion (je ne compte d’ailleurs plus manger de frites avant 2032). La serveuse en rajoute : « Oh, c’est du thé ! C’est pas mauvais pour la santé », et me regarde comme si j’étais un client difficile ! Caméra cachée ? Non. Finalement, je me suis amusé à imaginer la carte de ce restaurant. Suggestions : « Bar grillé sur son lit de café séché », « restes de stoemp servis dans un vieux pot de mayonnaise », « soupe du jour dans son bol de Médor ». Je ne citerai le nom de cet établissement que sur demande, mais sachez qu’il ouvre bientôt d’autres succursales ailleurs dans  la ville. Un concept, je vous dis.

1 commentaire :

  1. Ben, oui, maintenant on veut le nom du restaurant. Rappelle-toi que je travaille plus ou moins dans le même quartier.
    Cela dit, pour te réconcilier avec les frites, rien de tel qu'une bonne mitraillette chez Jonathan...

    RépondreSupprimer