mardi 16 septembre 2014

Le gouvernement de droite peut-il provoquer la fin du monde?

Bon, je ne veux pas en rajouter mais je pense qu'il faudrait arrêter de critiquer le futur gouvernement belge simplement parce qu'il est de droite. Dire des trucs comme "Ce qu'on nous prépare, ce n'est pas une Suédoise, c'est un gouvernement de droite", c'est un peu bizarre. Enfin, moi je ne dis pas ça pour des raisons politiques. Je dis ça pour l'image de la Belgique à l'étranger. Ben oui, dans les autres pays, il y a parfois des gouvernements de droite. En France, par exemple, c'est arrivé assez souvent. En Italie aussi. En fait, c'est normal. Il y a la gauche et la droite. Parfois la gauche gagne. Et parfois, c'est la droite. Cela s'appelle la démocratie. Bon, c'est vrai que nous, on a le système proportionnel et la complexité communautaire du pays. Mais bon, quand même, ce n'est pas une excuse. Pensons aux expatriés vivant chez nous ou aux étrangers qui lisent la presse belge. Cela doit leur faire une drôle d'impression: "C'est quoi le problème en Belgique avec le gouvernement de droite? Ben rien, c'est juste que c'est un gouvernement de droite". Cela va donner l'impression qu'on n'est vraiment, mais alors vraiment pas habitués. Ce n'est pas très bon pour une démocratie, ça, surtout au cœur de l'Europe. Donc oui, il va y avoir un gouvernement de droite. Voilà, c'est tout. On verra ce que ça donne. Et si ça ne va pas, on changera. Faut pas s'énerver. Tout va bien se passer. Relax. Si ça se trouve, ce sera même bien. On ne sait pas. On n'a jamais vraiment essayé.

Dimanche, journée sans futur

Dimanche, c'est la journée sans voiture, 13ème édition. A la base, cette idée est née pour "susciter la réflexion sur une mobilité plus durable et imaginer des alternatives à la voiture individuelle". Bon, dans ce cas, est-ce que la réflexion est terminée et est-ce qu'on pourrait avoir les résultats? Ben oui, ça fait treize ans qu'on réfléchit là, donc je suppose qu'il y a déjà des conclusions? J'imagine que par exemple, le système de voitures partagées Cambio est considéré comme une piste intéressante? Apparemment pas, car les Cambio ne rouleront pas ce dimanche. Interdit. A l'inverse des taxis qui eux, peuvent rouler. En parlant de taxi, j'espère que la réflexion a aussi ouvert la voie aux initiatives comme Uber, le taxi partagé déjà très en vogue dans plusieurs grandes villes américaines et qui permet réellement de se passer de la voiture? Ah ben, non, Uber est interdit en Belgique et toutes les associations de taxis européens se sont à nouveau prononcées hier pour le bannir. Bon… au moins, on va peut-être créer de véritables pistes cyclables à Bruxelles et pas juste des bandes de peinture blanche où il faut quand même cohabiter dangereusement? Ah... euh non, non plus. Puisque ce dimanche, les vélos roulent où ils veulent et donc on ne se rend même plus compte de ce problème quotidien pour les cyclistes. Bon, euh... à part ça, le RER peut-être? Bon ok, j'arrête. Ce dimanche, il n'y aura pas de réflexion. Il y aura juste beaucoup de monde et beaucoup de bruit dans la ville. Dommage, c'est le seul jour où il y fait calme d'habitude...

jeudi 11 septembre 2014

Black-out: un compromis était possible!

Grosse déception avec la tournure que prend cette histoire de black-out. Les Flamands seraient privilégiés par rapport aux Wallons, selon le plan de délestage tel qu'il a été communiqué, c'est-à-dire très mal. En réalité, on a simplement suivi une logique technique. Mais quel gâchis. Notre pays est habitué aux compromis, aux accords équilibrés, au donnant-donnant, et là non, on suit bêtement l'avis des experts. Pas une solution à la Belge comme on a l'habitude d'en trouver. Et pourtant, il y en avait une. Une belle solution surréaliste qui nous aurait fait faire la une de tous les journaux du monde: le clignotement! Eh oui, vivre sans lumière pendant plusieurs heures, c'est impossible, mais avec une lumière qui s'allume et s'éteint toutes les deux secondes, aucun problème! Les activités quotidiennes peuvent poursuivre leur cours normal. Au lieu de couper l'électricité à un endroit pendant un long moment, on la coupe partout sur le territoire mais en alternance toutes les deux secondes. Cela évitera un baby-boom à l'automne prochain, dont nous n'avons pas vraiment besoin vu l'augmentation de la population. Et en plus, on sera de nouveau visible depuis la Lune. Bon, sinon il y a une autre option. Mais politiquement, cela ne passera jamais. On va manquer d'électricité d'une part et on veut obliger les chômeurs à accepter des jobs d'utilité publique d'autre part. Vous aussi, vous avez eu en tête, pendant deux secondes, l'image d'un vélo d'appartement?


mercredi 3 septembre 2014

Black-out: à quoi doit-on s'attendre cet hiver?
















Décapitation de journalistes: pourquoi le "challenge" de l'Etat Islamique ne prend pas?

Avec ses vidéos de décapitation de journalistes, l'Etat Islamique a décidé de copier le Ice Bucket Challenge. Mais le buzz ne prend pas… Un beau cas d'école qui nous apprend les ficelles d'une bonne campagne sur le web. D'abord, il faut que le challenge soit facile à réaliser. Ici, il faut avoir le matériel adéquat, un déguisement complet, un couteau bien aiguisé. Il faut aussi habiter près d'un désert pour le tournage, mais surtout il faut connaître un journaliste qui accepte de se faire décapiter! Même un freelance ou un stagiaire déprimé ne se laisserait pas convaincre si facilement. Et pour que tout le monde s'y mette, il faut que des personnalités connues se prêtent au jeu. Mais comment les reconnaître si le tueur a le visage masqué? Il faut aussi qu'il y ait un message positif associé à la campagne. Dans le cas du Ice Bucket Challenge, il s'agissait de financer la recherche pour lutter contre une maladie. Dans le cas du "Head Cut Off Challenge" de l'EI, le message est moins clair (tuer la liberté de la presse? détruire l'occident?) et en tous les cas, très négatif. De plus, il vaut mieux éviter de s'associer symboliquement à une religion, car il est fort probable que tous ses fidèles ne partagent pas votre message, ce qui pourrait se retourner contre vous. Enfin, l'effet viral ne fonctionne pas car à la fin de la décapitation, l'assassin oublie de nominer 3 autres personnes! Et puis le plus important: ne vous attaquez pas aux journalistes si vous souhaitez faire le buzz. Parce qu'au final, si vous voulez vraiment changer le monde, ce sont les seuls qui peuvent vous aider.
 


lundi 1 septembre 2014

L'esprit belge

A priori, il est impossible pour un Belge d'expliquer ou de critiquer sa propre mentalité. Il faut fréquenter beaucoup d'expatriés et s'informer auprès d'étrangers pour essayer de comprendre l'esprit belge. Parce que chez nous, même l'absurde est commenté et accepté de façon absurde. Prenez cette histoire de passage pour piétons interdit aux piétons. En soi, ce sont des choses qui arrivent. Ce n'est pas l'image de ce panneau d'interdiction en plein milieu du passage clouté qui est surréaliste. Non, ce qui est dingue, c'est la réaction de Bruxelles-Mobilité qui ne semble pas du tout choqué et qui s'est justifié comme suit: "Il s'agit d'un double marquage. Ce sont deux situations qui se superposent". Wow! Ben oui, ça, on avait bien compris! Ils n'ont pas dit qu'ils avaient fait une erreur et que ça allait être rétabli tout de suite. Non, c'est une question de temps et d'autorisations… Et on a accepté ces explications sans s'indigner. Les journalistes n'ont pas été très choqués non plus quand on a volé l'ordinateur du Premier ministre dans sa voiture! Et pas dans un no man's land à trois heures du matin! Non, en plein après-midi, dans le quartier des clubs de fitness huppés et de la librairie branchée Filigranes, presque en face de l'Ambassade américaine! Parce que pour un Belge, c'est tout-à-fait normal de se faire voler à cet endroit! Un article a même été publié pour rappeler au Premier ministre les précautions à prendre pour ne pas se faire cambrioler sa voiture! Comme si c'était presque de sa faute. C'est le sens de la sécurité à la Belge. Autre fait surprenant: une septuagénaire a été agressée dans les locaux de la Commune d'Ixelles à cause de son nom à consonnance juive. A juste titre, on a été choqué et on a rappelé la vigilance nécessaire devant le retour des actes antisémites. Mais est-ce qu'il y a un seul journaliste qui s'est offusqué qu'on puisse se faire agresser à l'intérieur d'un bâtiment officiel? Non... Nous sommes en Belgique. Aujourd'hui, une dernière anecdote très belge: la ministre de l'enseignement, en plus de ne pas vraiment donner le bon exemple, vu sa fonction, au niveau langagier, a menti et cela a été prouvé par un enregistrement. Dans un autre pays, un ministre qui ment, quelle que soit la portée du mensonge, démissionne, en particulier s'il est responsable de l'éducation! Ici, non. Parce qu'en Belgique, un ministre peut mentir, "puisqu'après tout, ils mentent tous". Populisme? Non! Là, vous réfléchissez comme un Belge… Parce qu'il y a déjà eu des articles qui expliquaient qu'un politicien avait menti mais que ce n'était pas si grave car en fait, il n'était pas le seul, etc. En fait, l'esprit belge ne fonctionne que parce qu'il est partagé par tous. N'importe quel journaliste américain tomberait des nues en lisant tout cela. Cela prouve au moins que la Belgique existe et est même très solide, car dans ce pays, on se tient tous par l'absurde.


jeudi 31 juillet 2014

Pourquoi payons-nous tant d'impôts?

La Belgique est désormais connue pour être un des pays où le travail est le plus taxé. Pour qu'un employé touche 100 euros, il faut que l'employeur en débourse 248. Bien sûr, certains s'en plaignent. Mais c'est une erreur, car l'impôt sert à financer un tas de choses, où là, la Belgique excelle! Exemples.
1) Les infrastructures pour le transport. C'est grâce aux impôts que nous avons des autoroutes parfaitement plates et le réseau RER le plus innovant du monde.
2) La qualité des services publics. L'administration wallonne, par exemple, est dans le top des administrations les plus performantes au monde.
3) Les impôts servent à financer les soins de santé. C'est la raison pour laquelle les Belges pètent la forme et ont toujours bonne mine. Ils ne fument pas beaucoup et ont des dents parfaitement entretenues.
4) Les impôts financent l'aide aux plus faibles. C'est grâce à eux que la pauvreté est pratiquement inexistante. Promenez-vous dans les rues de Charleroi, la plus grande ville wallonne, et l'on voit tout de suite que l'état garantit à tous une très haute qualité de vie!
5) Les impôts servent à financer aussi l'enseignement. Les rapports PISA des dernières années le démontrent. Nous avons un des meilleurs systèmes d'enseignement du monde.
6) Enfin, les impôts servent à financer le système qui prélève les impôts, à payer le chef de service Impôts, le sous-chef, son assistant, les contrôleurs, ses ministres et ses attachés, le Conseil Général de l'impôt, l'Observatoire Régional de l'histoire des impôts, le Musée de l'impôt, le Centre fédéral de lutte contre le refus de payer ses impôts, l'Administration Régionale chargée de la mise en œuvre du transfert des compétences fiscales vers les entités fédérées, et bien sûr la Fête annuelle de l'impôt et son célèbre Feu d'artifice!